Famille Michaux  de Villarepos

 

 Prolem Sine Matre Creatam

 

Histoire partie I

Histoire  partie II

Histoire partie  III

Château de Marly

Ordre de St Louis

Ordre de la Légion d' Honneur

Armoiries et Monogramme

Armoiries et  Portrait

Cartes de Villarepos

Activités du Comte

Quelques liens

Contact

 
 
 
 

       Bien qu'il s'agisse d'une étoile, la Légion d'Honneur 

est familièrement appelée la

  Croix des Braves

  

   Cliquer sur la décoration.

La Révolution ayant aboli les Ordres et décorations de l'Ancien Régime, seul l'Ordre de Saint-Louis fut préservé pour peu de temps sous l'appellation de Décoration Militaire avant d'être supprimé à son tour le 15 octobre 1792.

La Convention, afin de récompenser les actes de bravoures, offrit des armes.

En rentrant d'Orient, Bonaparte et ses Généraux instituèrent le système en créant les « armes d'honneurs »; armes de luxe gravées au nom du bénéficiaire et accompagnées d'un brevet.

         Le premier annuaire de l'Ordre date de 1805 (1799 Légionnaires y sont recensés).

Le projet du nouveau Consul associé à Lebrun et Cambacérès souleva des réticences. Bonaparte, grâce à son intervention, fit admettre une Légion d'Honneur divisée en « cohortes » en vue de récompenser les services et vertus des militaires mais aussi des civils le 29 floréal An X (19 mai 1802).

La première promotion eut lieu le 24 septembre 1803.

L'organisation fut tout d'abord de type militaire et posséda des biens nationaux. Ces biens furent remis aux cohortes (15 puis 16) de Légionnaires appelées à devenir des chefs-lieux de province. Elles furent divisées en arrondissements correspondant aux départements. Chaque chef-lieu devait posséder un hospice pour les vieux soldats et les blessés de guerre. Chaque cohorte était dirigée par un Général assisté de 7 Grands Officiers, 20 Commandants, 30 Officiers et 350 Légionnaires. Chacun portait serment et recevait un traitement prélevé sur les biens de la cohorte :

- 5 000 francs pour un Grand Officier, 

- 2 000 francs pour un Commandant, 

- 1 000 francs pour un Officier, 

- 250 francs pour un Légionnaire.

Or, les cohortes furent dissoutes par les propriétaires de biens fonciers qui furent restitués à l'Etat et les traitements payés par le Trésor Public.

Le projet était cependant intéressant car reprenant l'optique des anciens Ordres de Chevalerie Hospitaliers. Le 13 mai 1804, le Grand Chancelier Lacépède acheta le Palais de Salm à Paris pour en faire le noyau central de l'Ordre.

 

Le Grand Chancelier Lacépède.

Le Château de Slam.

Proposition du Général Etienne Jean Marcel Michaux.

Nomination du Général Etienne Jean Marcel Michaux.

Remerciements du Général Michaux à S.A.S. le Maréchal Prince de Ponte Corvo.

Les signes extérieurs composés du « petit aigle » ou étoile d'argent des Légionnaires et « l'aigle d'or » ou étoile d'or des gradés (Officiers, Commandants, Grands Officiers) furent institués par décret du 22 messidor An XII (11 juillet 1804).

La première remise eut lieu le 15 juillet 1804 en l'église des Invalides à l'issue d'une messe. La seconde le 16 août 1804 au Camp de Boulogne.

Un décret du 10 pluviose An XIII (30 janvier 1805) ajouta la Grande Décoration dont les titulaires furent par la suite nommés « Grands Aigles » puis « Grands Cordons » selon l'Ordonnance du 19 juillet 1814 et enfin « Grandes Croix » selon l'Ordonnance du 26 mars 1816. A cette date les appellations furent modifiées comme suit; les Commandants devinrent des Commandeurs et les Légionnaires des Chevaliers.

Depuis, les dénominations sont restées et la hiérarchie de l'Ordre fixée ainsi.

Sous l'Empire, on dénombra sept grands types de modèles de la Légion d'Honneur.

L'étoile porte en son centre l'effigie de l'Empereur, d'abord attachée à un anneau et surmontée d'une couronne fixe puis articulée (au quel cas elle cassait régulièrement). Ensuite on ajouta dix boules sur les cinq doubles rayons acérés afin de ne plus abîmer les uniformes. Une bouffette de même couleur que le ruban (non prévu dans le décret) disparut de la décoration des Chevaliers à la fin de l'Empire. Restant sur celle des Officiers, elle annonce la venue de la rosette. Le grand cordon des Grands Aigles fait apparaître la plaque portée sur la poitrine constituée de 5 rayons doubles d'argent boutonnés, séparés par 5 pointes non boutonnées et l'aigle impérial en son centre.

                   

Les membres de l'Ordre passèrent de 10 000 en 1805 à 30 000 en 1815.

Il est temps par décret du 10 mars 1808 d'effectuer une distinction en les rapports de la Légion d'Honneur et la noblesse impériale,

Le chevalier d'Empire possédait le premier degré de la noblesse sans pour autant être titulaire de la Légion d'Honneur par rapport au Chevalier de la Légion d'Honneur.

Les membres de la Légion d'Honneur (mais aussi ceux de l'Ordre de la Réunion crée en 1811) avaient vocation à la noblesse.

L'Ancien Régime conférait la noblesse héréditaire à trois générations de chevaliers de Saint -Louis (sans conditions de fortune). Napoléon envisagea le même principe pour les chevaliers de la Légion d'Honneur et ceux de l'Ordre de la Réunion. Mais il fallait obtenir des lettres patentes dont les revenus net ne devaient dépasser 3.000 francs.

De plus, pour se faire valoir du titre héritier de chevalier, il fallait justifier de la descendance de mâle en mâle, de trois chevaliers ayant personnellement et successivement obtenu des lettres patentes donnant ce titre. Ces dispositions à nos jours existent toujours.

La Légion d'Honneur a survécut à tous les changements de régime.

Napoléon nomme des membres qui portent serment à l'Empereur. Louis XVIII nomme des membres qui prêtent serment au Roi.

Brevet Ordre Royal Légion d'Honneur Michaux.

Brevet d' Officier de L'Ordre Impériale de Étienne Hector Michaux

Ce dernier avait rétabli en 1814 les Ordres de l'Ancien Régime et renomme la Légion d'Honneur, Ordre Royal porté après l'Ordre de Saint-Louis.

Quelques modifications interviennent,

l'effigie d'Henri IV remplace celle de l'empereur, trois fleurs de lys au revers à la place de l'aigle,la couronne impériale cède place à la couronne royale.

 

La plaque subit également des changements par la venue de fleurs de lys entre les rayons doubles et Henri IV remplace l'aigle.

Louis Philippe supprime tous les ordres royaux et ne conserve que la Légion d'Honneur.

En 1848, sur 47.000 légionnaires, un quart sont des civils.

Lors de la II République l'ordre subsiste malgré des pressions défavorables.

Le 16 mars 1852, les statuts sont fixés pour une centaine d'années.

Le Président de la République devient le Grand Maître de l'Ordre.

Le port des insignes des cinq classes est définitivement fixé tel que nous le connaissons. Quelques détails sont modifiés, Bonaparte Premier Consul puis Napoléon 1er réapparaissent sur le médaillon central ainsi que les deux drapeaux tricolores entrecroisés sur le revers.

Le Palais de Salm brûle sous la Commune et de nombreuses archives disparaissent rendant les recherches difficiles.

Cour du Palais de Slam.

D'octobre 1870 à juillet 1873, après la chute du Second Empire, la Légion d'Honneur est uniquement réservée aux services militaires. L'ordre retrouve ensuite sa vocation première et la couronne de la bélière est remplacée par une couronne de feuilles de chêne et de laurier. Le centre de l'étoile porte l `effigie de la République et au revers, les deux drapeaux tricolores.

La plaque portera définitivement cette effigie. Peu de modifications sont intervenues depuis cette date sauf les mentions écrites.

 

Retour haut de la page

© Copie interdite sans une autorisation préalable du Comte Philippe Michaux de Villarepos.